custom-header

RECEVEZ DES INFORMATIONS SUR LES ACTIVITÉS À VENIR

AU BORD DE MA LUCARNE

The attic window, overlooking Deschambault Street. Photo: Robert Barrow, 2006

The attic window, overlooking Deschambault Street. Photo: Robert Barrow, 2006

« Alors, par la lucarne qui se trouvait à la hauteur de mon visage, j’ai aperçu le ciel. C’était une journée venteuse de juin… et des nuages très beaux, très blancs, se mirent à passer devant mes yeux. Il me sembla qu’à moi seule se montraient les nuages. (…) Deux grands ormes plantés par mon père poussaient leurs plus hautes branches jusqu’au bord de ma lucarne, et, en me tendant un peu le cou, je les voyais se balancer; et cela aussi devait être pour moi seule, puisqu’il n’y avait que moi d’assez haut perchée pour surprendre les branches supérieures de nos ormes. » (Petite Misère, Rue Deschambault, Éditions Boréal Compact, p. 34)

photo-9La lucarne est une destination en soi quand on se promène du côté de la rue Deschambault. Pour ceux qui connaissent bien l’œuvre de Gabrielle Roy, cela prend l’allure d’un pèlerinage! Par la fenêtre, on peut apercevoir entre les branches des ormes plantés par son père Léon Roy, les mêmes étendus de ciel et de terre qu’elle aurait regardés. Et dans notre imagination, on peut visionner le champ qui, occupé maintenant par des pâtés de maisons, s’étendait au-delà de la rivière Seine, au loin dans la plaine.

De cet espace solitaire, donnez libre cours à votre imagination. Contemplez les paysages des œuvres de Gabrielle Roy… et vos paysages intérieurs.

No comments.